TROIS DUOS DANS UN GROS TRIO AU SOMMET À GATINEAU

LE MARCHÉ DES INFLUENCES: HISTOIRE POLITIQUE DIPLOMATIE

  • [AU CANADA] OEA ONU, UNESCO AFRIQUE FRANCE USA
  • TROIS DUOS DANS UN GROS TRIO AU SOMMET À GATINEAU
    Présenté par Roger Petit-Frère, Adm.A.

Le premier duo est celui de deux présidents : Greg Fergus, premier président noir de l’histoire du parlement canadien et Édouard Staco, premier et unique président à date du Sommet socio-économique pour le développement des jeunes des communautés noires. Fondé en 2018, une quarantaine de leaders noirs voulaient utiliser cet OBNL comme véhicule pour regrouper leurs efforts et apporter une contribution supplémentaire à l’amélioration des conditions de vie des jeunes du Québec-Canada.

Le deuxième duo est celui de deux élus noirs de la région de l’Outaouais : D’abord, Greg Fergus cité précédemment et Bettyna Bélizaire, conseillère municipale à Gatineau. Dans son discours, le président de la Chambre des communes à Ottawa, Monsieur Fergus, tenait à rappeler que le premier noir au parlement du Québec, le feu Jean Alfred, d’origine haïtienne, a été élu dans la région de l’Outaouais. Quant à Madame Bélizaire, elle a martelé que Gatineau est l’endroit où il y a la plus forte croissance des communautés noires au Québec au cours de la dernière décennie.

Le troisième duo est celui de deux personnes d’engagement communautaire : Édouard Staco cité précédemment et Bettyna Bélizaire, élue municipale, qui est également directrice générale d’AFIO (Accompagnement des femmes immigrantes de l’Outaouais).
Elle a notamment utilisé énergie et doigté pour ramener dans son patelin ce 6e rendez-vous annuel du Sommet tenu du 26 au 28 janvier à Gatineau. Quant à Monsieur Staco, il est président-fondateur du Sommet Jeunes Afro et également président-fondateur du Fonds 1804 pour la persévérance scolaire.
Tout ça, il le fait en parallèle à son travail de cadre dans des institutions connues et reconnues de la société québécoise et canadienne.

En terminant, il est important de faire un clin d’œil spécial aux dirigeants-es du Sommet qui a utilisé un hôtel bien connu de Gatineau dont le manager, Gérald Novembre, est d’origine haïtienne, donc un membre des communautés noires. Petit salut à son équipe et à lui, notamment pour leur sens de la courtoisie !

N.B. L’auteur de ce texte, Roger Petit-Frère, est membre fondateur et du conseil d’administration initial du Sommet en 2018. Il est aussi le capteur des images qui ont illustré ce texte. “En 2024, une image vaut plus que 1000 mots et parfois plus que 1000 maux.”, martèle-t-il souvent. Il se dit fier de constater l’évolution de ce Sommet, notamment ce grand rendez-vous annuel devenu un lieu de rassemblement de leaders, en quantité et en qualité, dans un endroit au Québec et pas seulement à Montréal… fin


[AU CANADA] OEA ONU, UNESCO AFRIQUE FRANCE USA

  • Editor

Au niveau national, le code analogique fait foi même en relations diplomatiques. En outre, dans l’intra-national le code paramétrique est au niveau de ville à trois indicatifs, donc des représentants étalés. C’est sur cette toile numérique qu’IDC a invité Roger Petit-Frère à déchiffrer ci-bas la faculté 2035.

​De ce même contexte et qui a évolué aux É.-U. (US), une habituée d’IDC se dessine en grande intégrative continentale afro au point que nous avions plus tôt soulevé la problématique ainsi par elle: G Méhou Loko nommé secrétaire général de CCUNESCO serait-il de la rencontre de la Reine, à New York?

En effet, le nombre de représentations a grossi ainsi que les représentants qui se réclament afros, mais ne vont pas voir ni visiter Cotonou bastion d’une grande civilisation du royaume Dahomey, pas plus que le Ghana (anciennement Gold Coast), cette Reine diasporique est parmi les aspirantes d’un retour des Amazones, grandes guerrières du royaume élu.

De 2012 à ce jour Diva International suit son parcours à plus d’un Afro-symbolisme.

Collaboration spéciale IDC, RHEM G, Le Matin Canada, Le Paris-Diplomatique, Journal PAMH de Montréal