TRUMPINEPTIE ou l’égo de la terreur ?

publié le 21 juillet 2019, 20H24


DIPLOMATIE INTERNATIONALE & SOCIÉTÉ par Dan Albertini

  • TRUMPINEPTIE ou l’égo de la terreur ?
  • Le Leadership de Paris est-il passible de Paix : GLOBALE OU MOYEN-ORIENTALE ?

Entre () quel est le coût de maux en-Raciné-s de l’Académie, si elle ne renferme pas le mot d’avenir… et de paix de l’intelligence… moderne réajustée ? Fermons (). 

TRUMPINEPTIE ou l’égo de la terreur ?

Quand j’ai publié Trump in the state (H-O/Vol-XLVI/No.19/P.7-4/05/16), j’ai aussi travaillé sur Trumping the world (No.21/P.5-18/05/16) et sur le titre en cours, en ayant à l’esprit l’article Mein Kampf rouvert. (No.4-29/01/16). […]Rouvrons la libération du copyright de Mein Kampf après septante années. Cela aurait dû à mon avis, ouvrir les esprits sur ce que l’on ne soupçonne nullement dans les coulisses de la totalité des palais, des résidences de chefs d’État, à travers le monde. Il y a eu néanmoins certains observateurs soucieux en dehors de notre observatoire… . Paris devrait y penser gravement, la trumpineptie a déclaré la presse, ennemi…. Après avoir publié Trumping the world jusqu’au Trumping the moon, c’est l’évidence de la trumpinesptie dévoilée dans un courrier diplomatique eurolondonien. On y est encore, car le Brexit n’est pas encore consommé. L’erreur est plutôt décidée, c’est la stratégie du besoin qui justifie le moyen. L’ineptie est la gangrène qui ronge les nerfs à DC.

Faut-il dès lors réitérer au président Emmanuel Macron que le monde ne doit pas être à la merci d’un sinoc qui ne sait bâtir des ponts. Car, DJ Trump s’évalue lui-même comme celui de murs séparateurs de société. Nous voyons tous que la formule est raciste…, Durban II.

En imposant des sanctions d’abbé déchu sans effet positif sur l’Iran, Donald J Trump ne fait que barrer la voie au monde du commerce libre qui sait bâtir des ponts. Justin Trudeau au Canada avancera prudemment, mais stratégiquement avec Paris contre les bruits de guerre. Il n’est donc pas tolérable que le menteur calotin en difficulté à DC, poussé par J Bolton, mette le monde commercial à risque et le commerce en récession par la peur.

Enrichir la petite quantité de plus tandis que l’autre produit déjà plus, est-ce un crime quand le pacte est abandonné par-devant le monde ? C’est le nouveau pacte, il faut apprendre à le gérer loin de la culture à combattre si c’est une économique qui peut aider à la France.

Marcon est-il alors «indépendant par temps calme, solidaire dans la tempête» ou «solidaire dans la tempête, indépendant par temps calme», telle est la nuance. Sinon, c’est le Russe qui le fera à sa place. Gageons : l’Iran risque de dévoiler sans délai, l’achat de radar antimissile russe dans les prochains jours pour comparer les 400KM, comme chez Erdogan.

Non pas pour une guerre factuelle, mais pour un exercice économique réel de préférence. Une présence commerciale russe, militaire par son missile définira aussi des militaires russes présents pour cause de formation d’entrainement et de maintien. Tout dommage américain sera promptement répondu par une présence de plus en plus percée de la Russie, près de l’antre américain, le forçant à la défensive sur son propre terrain. Donc, à l’erreur. Il faudrait peut-être se rappeler de l’affaire E Snowden qui a transité de Hong Kong vers Moscou sans voie d’exfiltration avisée. Le président Emmanuel Macron a en ce sens une opportunité en or de revitaliser ce que Sébastien Mayoux raconte dans son roman intitulé Al Baas l’ennemi de l’intérieur, une diplomatie française efficace de la DGSI. Sa scène se déroule dans la Syrie en guerre totale.

L’Iran nous le savons tous, a besoin de l’eurotechnologie et d’ouverture aussi.

Sachons que de cet échiquier Xi Jinping trouve son intérêt même si le dollar s’effondre. Mais, si l’Amérique est vulnérable, cela entrainera dans la trajectoire des alliés par la même vertu des calculs de l’expert de l’OACI (Gilbert Lasnier), en décembre 2017. La diplomatie sera OFF.

Ne peut-on pas déduire sans risque d’erreur aujourd’hui que tout est prémédité chez le président Trump, qui ne respecte aucune institution chez lui, abusant même de faiblesse étatique pour imposer à l’humanité un spectacle qui ne cesse de rappeler ce genre d’égo démesuré qu’on a vu trainer le monde dans une guerre…. Nul n’est exempt, mais surtout personne ne peut bénéficier d’un espace dont il abuse et même, ad nauseam.

Ce qui se passe aujourd’hui regarde chaque conscience, mais surtout celle de ceux en qui le monde a placé la garantie de ses valeurs humaines. Particulièrement en France, après 1789. Car, la mauvaise conscience ne peut mener, en se faisant passant pour bonne. C’est avec cet œil que nous devons regarder l’Amérique emprisonnée. Ligne rouge : trop tard avec Donald J Trump si l’Amérique ne se réveille pas en urgence.

Le président Macron peut y contribuer en sermonnant la diplomatie américaine encore capable, mais non exempte d’une erreur de calcul qui n’aura de conséquence : ne l’a-t-il pas dit : «have never seen before». Ite missa est pour Donald J Trump, «c’est bien là son affaire» ! «Laudator temporis acti» !

Le président Emmanuel Macron veut renter le gilet jaune c’est un fait, c’est aussi un drame politique. Le monde lui assumera le coût si les ‘grandes écoles’ font foi d’avoir le courage d’agir pour l’humanité, et de dire NON à Donald J Trump, car l’erreur est à nos portes si l’allié se voit en mein kamfp aujourd’hui. BBN n’a d’ailleurs aucun intérêt ni de gain en perspective à voir embraser sa zone, quand, quelle intelligence alors, quel génie, il peut négocier l’Iran.

American Carnage over Ryan conflict by Tim Alberta est-il si surprenant ? Je répondrai avec l’onction Pelosi au Congress : est-ce trop tard ? Voici le contenu relatif : Le départ prévu de Ryan. Ce n’est pas une anecdote, mais un échec lamentable que nous laisse Paul Davis Ryan en héritage avec un instable chronique de président. Howard Hughes au moins se faisait soigner de sa paranoïa. Hollywood a anticipé sur la trahison de Donald J Trump, parlez-en à C Powell il en acquiescera depuis son ouvrage sur sa carrière. P Ryan a ici  égaré le Congrès, et le républicain aura du mal à s’en remettre de la notion des 12H71. J’ai aussi parlé de la lâcheté de Ryan dans La revanche de Pelosi au Congress américain ainsi : Avant d’aller plus loin il faut savoir que Paul Ryan grand secondeur de Boehner avait en main toutes les cartes pour réussir un brillant passage au timon du Congrès américain. Timide, idiot ou autre critère, Paul Ryan livra à Donald Trump une Amérique qui cherchait mieux et se cherchait dans ses détours évolutifs. […], Ryan le sait et ne sait l’ignorer, mais il a été un lâche épeuré qui n’a rien compris du poids de Mr Speaker. La rhétorique en simulation de tous les think tanks doit démontrer aujourd’hui que l’indice d’erreur est au rouge. Il suffit d’un rien pour… et ce serait dommage, car l’Amérique ne mérite pas cette couardise de canaille éventrée par-devant l’autre pour une photo p. J’ai même été plus loin avec Boehner : John Boehner n’a laissé aucun hasard au président Obama dès son arrivée, comme Gingrich le  fit antérieurement avec Bill Clinton dans l’affaire Lewinsky/zippergate.

L’analyse américaine est livrée a posteriori, tandis qu’il faut agir impérativement avant le ‘pipeline’ pour se garantir à la sortie. La mouture de l’intelligence française qui a connu cinq républiques en dehors des empires et royaumes, ce génie peut aider à régénérer l’intelligence américaine engourdie par la crainte d’une part des critiques internationales, et d’autre part, de la tenaille russe qu’on n’a pas su enrailler depuis les déclarations de Eltsine à Poutine.

Le Leadership de Paris est-il passible de Paix

L’erreur qui viendra d’en haut. Imaginons un instant que dans la méthode de Donald Trump qui consiste à salir le pacte politique comme il l’a fait avec l’avenue électorale en préparation aux primaires républicains, pour forcer l’intelligence propre à s’aligner dans le but d’être le seul au point d’arrivée, par défaut. Donald J Trump sait que le petit stratagème au coût du pornstars n’a éventuellement aucune chance de le reconduire, mais, sa fille Ivanka est-elle une carte cachée qui lui fournirait immédiatement le grand pardon pour tous ses impairs, raison pour laquelle il l’a introduit dès son arrivée, afin d’avoir une carte dans les affaires secrètes du pays et des affaires internationales contre les candidats démocrates potentiels ?

La France se souviendra aisément de l’épopée Le Pen. Washington avait-il aidé à l’époque ?

J’ai dit il y a de cela plus de quinze jours que Trump de plus en plus se trompe en abbé du deal même chez la Reine sous la forme d’une interrogation. Mieux, que Paris saurait comprendre qu’il faut laisser parler ses diplomates aussi. Remontons à Peur sur ville-bonheur où Trump a mis à risque l’Amérique inutilement malgré les consignes ce, à un coût élevé, sous prétexte qu’il ne tire de salaire, mais offre de fameux services. On constate de préférence que le poids des US est réduit au surpoids de Donald Trump. Il suffit de retourner en outre dans l’article : le great circle de l’OACI a-t-il produit des fruits chez Kim et Donald pour comprendre que l’abbé défait de se hauteurs a atterri tout seul en s’affaissant sur ses propres épines. Un terrible spectacle pour l’Amérique qui a vu s’effondrer l’empire soviétique en offrant l’image du bon pasteur voulant aider à coup de milliards. DC doit se contenter de la peur de Moscou et de l’Ombre jaune, avec de fausses promesses de Donald J Trump renfermé étourdi dans le délire.

Le président E Macron devrait retenir le courage élogieux de BJ Clinton dans l’affaire Eliàn Gonzàles, car, il pouvait répondre par un bas instinct de préférence, dans le genre des campagnes provocatrices de l’aréna-Trump (renseignez-vous donc auprès de ses avocats mexicains et en Asie, par vos agents d’information pour voir un vrai profil du sujet).

Barack Obama a fréquenté La Havane et le monde ne s’est pas écroulé. Le capitalisme non plus. Au contraire, le capital… est à Cuba. Avons-nous, le droit d’oublier ce que l’on propose, en détenant l’autre arsenal. Sans morale !

 Nous ne naviguons pas au hasard ni en réaction, la vraie lecture que nous avions faite depuis le 1er mai dans pourquoi Conrad Black rejoint-il le courrier de Seth Lipsky pour soutenir Donald Trump, est arrivée le 15 au 16 mai plus tard. Il a fallu attendre que le président Donald J Trump réhabilitât le faux Lord qu’est devenu Conrad Black pour que la presse américaine voie le coût total de la flagornerie tant convoitée par une présidence dont le scandale ne vaut aucune économie. Allez donc mesurer le drame dans comprendre novembre 2016 par Howard Hughues, ce pourquoi j’ai abouti un peu plus tôt par Trump en spectacle : un euphémisme.

«Qui est celui qui a dit : mettez-moi à l’épreuve, je vous ouvrirais l’écluse des cieux» ? Le président Macron est ici interpellé : activer la diplomatie, le gilet jaune est à ce prix d’été.

print